Crypto & Trading – BTC, smart money

La dynamique entre le BTC et les AltCoins est capital à intégrer. Lorsque le BTC s’envole, les investisseurs court terme lâchent les AltCoins et se précipitent sur le BTC. Lorsque le Bullrun se termine et que le BTC redescend et se stabilise, les AltCoins se crashent. Lorsqu’il s’agit de définir une Exit strategy sur les AltCoins, il faut garder en tête que la volatilité du BTC va largement influencer cette stratégie. Il ne faut pas envisager de fixer un seuil de déclenchement pour une exit strategy en fonction du market cap du BTC, tout simplement parce que le market cap du BTC sera toujours supérieur, en tout cas jusqu’au prochain Halving aux alentours de 2024, aux market cap des AltCoins. Si on prend l’exemple d’un AltCoin comme le SHIBA INU qui comprend 589,735,763,816,337 de jetons (oui, un Total supply de plus de 589 mille milliards), il est impossible d’envisager un exit strategy lorsque SHIBA INU atteindra les US$1.000, puisque ça signifierait que le market cap de ce « meme AltCoin » serait équivalent à 589 trillions, soit 20 fois l’économie américaine. On comprend bien que cela n’a aucun sens. Aussi, il ne faut pas fixer ses exit strategy en fonction d’un market cap corrélé au BTC, cela ne correspond à rien.

C’est là que rentre en jeu la Tokenomics. La Tokenomics (Token et Economy, soit économie de jetons) représente, pour un projet crypto, la façon dont va être gérée la création de jetons pour le bon fonctionnement du projet. Cette gestion de création existe déjà pour les systèmes monétaires “fiat” et permet un suivi du phénomène d’inflation, comme par exemple pour l’Euro ou l’US$, une inflation à 3% en moyenne dirigée par une institution centralisée et toute puissante, soit la pire des Tokenomics appliquée au monde réel. Les AltCoin ont une Tokenomics absolument inverse. Chaque AltCoin à sa propre Tokenomics, et la BlockChain ainsi que la nature open-source de la plupart des projets crypto font que tout un chacun peut voir ce qu’il se passe avec les jetons dans lequel il souhaite investir ou a déjà investi. Ainsi, on peut savoir quelle quantité de jetons est en circulation, quelle quantité est détenue dans quel portefeuille, même si le propriétaire du portefeuille est non identifié, et donc être rassuré sur la quantité et la rareté (ou l’abondance) du jeton sélectionné. Mais ce n’est pas aussi simple.

En effet, il faut tenir compte de l’Allocation, qui est un des plus importants critères Tokenomics. Qu’est-ce que l’Allocation ? La Binance Academy nous apprend que l’Allocation est une allocation de jetons ou de capitaux propres, qui peuvent être gagnés, achetés ou mis de côté pour un certain investisseur, équipe, groupe, organisation ou autre entité liée. Autrement dit, la plupart des crypto connaissent une période « pre-mine » pendant laquelle un montant initial de jetons est fixé pour être distribué à des participants spécifiques, comme les fondateurs, les investisseurs originels, les miners, et surtout l’ICO qui est prévue. Et il s’agit donc de vérifier cette Allocation sur un bloc explorer ou sur Etherscan si on est en présence de jetons ERC20. le détail de cette Allocation est prévue dans le white paper, le document d’information fourni lors du ICO. Que cherche-t-on à déterminer avec cette Allocation ? Si un wallet possède plus de 10% d’un total supply de jetons, que pensez-vous qu’il se passera si le jeton prend une valeur particulièrement importante et particulièrement rapide ? Pensez-vous que les business Angel derrière le projet ont l’intention de faire un investissement à long terme ou au contraire de rentrer rapidement dans leur fonds par une exit strategy à court terme ? Evidemment, la vente 10% du Total supply de jeton va provoquer une chute vertigineuse de la valeur du jeton, aussi je me tiens toujours loin de ces crypto qui connaissent de telles Allocation. Si cette Allocation est compartimentée dans la durée, cela change bien sûr le paradigme puisque les exit strategy des jetons alloués à court terme seront rendues impossibles par calendrier de distributions de ces jetons, afin d’éviter ce phénomène. Si ce calendrier est détaillé dans le white paper, alors je vais déterminer mon exit strategy en fonction de celui-ci.

Autre Tokenomics à prendre en compte, l’inflation. En effet, l’inflation d’un jeton n’est pas un problème du tout dans la mesure où il répond aux incentives attendues par les investisseurs et utilisateurs. Par conséquent, un simple Staking permet de compenser l’inflation, ou même un loan à un animateur du marché de ce jeton chargé d’en assurer la liquidité. Si l’inflation est maîtrisée et compensable, alors ce n’est pas un problème qui risque de hâter une exit strategy. Corrélé à l’inflation est le ratio entre le « circulating supply » et le « maximum supply« . Reprenons le SHIBA INU, qui annonce un Total supply de 589 735 milliards de jetons, pour un total de Circulating supply de 549 048 milliards de jetons. Il n’y aura donc pas d’injection surprise de jetons qui risque de déstabiliser le marché et de précipiter la valeur dans les abysses. Ces jetons sont quasiment tous en circulation, aussi l’inflation est connue et maitrisée.

Les indicateurs techniques sont également les éléments incontournables à prendre en compte. Ces indicateurs sont à prendre en compte pour déterminer des Trends qui vont déclencher les exit strategy. Un indicateur technique largement souligné est appelé Bitcoin Dominance. Cet indicateur est décrit comme le rapport entre la capitalisation boursière de Bitcoin et le reste des marchés des crypto-monnaies. Ce market dominance est actuellement à 40.42%, et va décroissante.

Indice de dominance en Year-To-Date

Que peut-on déduire de cet indice ? Si l’indice de dominance du BTC baisse, cela signifie que l’argent qui sort du BTC va tout simplement dans les AltCoins. Aussi, une baisse du Bitcoin Dominance signifie qu’un montant important de fonds sont dirigés vers les AltCoins, et qu’il faut donc s’attendre à une hausse de la valeur de ces derniers. Le graphique suivant à 5 jours montre entre autre pourquoi mes SOL ont pris 40$ en 3 jours.

BTC Dominance
SOL sur 7D

L’indicateur suivant est le rapport entre le BTC et la crypto sélectionnée. En effet, le Bitcoin pairing Value est différent de la valeur en FIAT de l’AltCoin, car si la paire EUR/Alt augmente, elle peut parfaitement baisser lorsqu’il s’agit de la paire BTC/Alt. En fait, pour acheter des AltCoins, il faut la plupart du temps d’abord acheter des BTC ou des ETH car la paire directe avec l’AltCoins n’existe sûrement pas. Ensuite, il s’agit d’acheter l’AltCoin avec le BTC par exemple. Or, la paire BTC/Alt n’est certainement pas identique avec le ratio FIAT/BTC, par conséquent il peut être plus favorable (ou moins) de continuer à trader avec l’AltCoins. Le site Masterthecrypto l’explique très bien et je reprends leur exemple.

ÉTAPE 1
Dans la première étape, la devise de base de BTC, ETH ou LTC que vous achetez sera cotée dans votre devise nationale. C’est simple car vous connaîtrez la valeur des pièces que vous achetez avec votre monnaie nationale. Par exemple, si le prix actuel du Bitcoin est de 20 000 USD et que vous envisagez d’acheter pour 1 000 USD de Bitcoin, vous obtiendrez 0,05 BTC pour vos 1 000 USD. Si le prix d’un Bitcoin augmente de 50 % à 30 000 USD chacun, votre BTC a également augmenté de 50 %, valorisant ainsi votre 0,05 BTC à 1 500 USD. Vous obtiendriez un bénéfice de 500 USD si vous vendiez tous vos BTC et encaissiez votre investissement.

ÉTAPE 2
C’est l’étape de comprendre le ratio de paire de trading lors de l’achat d’AltCoins en utilisant BTC (ou ETH/LTC) comme devise de base. Étant donné que vous ne pouvez pas acheter des AltCoins directement à partir des échanges de l’étape 1, le prix des AltCoins n’est pas indiqué dans votre devise nationale. Exemple :

Cryptocurrency Trading: Understanding Cryptocurrency Trading Pairs & How it Works
https://masterthecrypto.com/understanding-cryptocurrency-trading-pairs-works/

Dans cet exemple, nous allons regarder le ticker Monero (XMR) / Bitcoin (BTC) ou simplement XMRBTC. En d’autres termes, j’utilise BTC pour acheter XMR. Le prix d’un Monero est indiqué en BTC plutôt qu’en USD. Son prix actuel de 0,025 signifie simplement qu’il vous en coûte 0,025 BTC pour acheter 1 XMR. Ce « prix » n’est qu’un rapport entre la valeur du BTC et la valeur du XMR (la valeur en USD du BTC était de 14 800 $ tandis que le XMR était de 370 $, ce qui donne un rapport de 0,025). Lorsque vous avez utilisé votre 0,025 BTC pour acheter 1 XMR, vous surveillez la valeur en USD de votre XMR. Cela signifie évaluer votre XMR en valeur USD uniquement, ce qui vous permet de calculer plus facilement vos gains. Ainsi, si votre XMR augmente à 500 $ à l’avenir, vous savez que vous avez gagné 130 $ sur votre investissement initial de 370 $, ce qui vous donne un excellent rendement de plus de 35 %.

L’objectif principal de la valorisation de vos pièces à l’aide d’une devise de base (le plus souvent BTC) est d’augmenter le nombre de pièces que vous détenez. En suivant l’exemple ci-dessus, si vous avez acheté 1 XMR en utilisant 0,025 BTC et que le prix (ou le rapport) de XMR/BTC augmente à 0,030 dans le futur, cela signifie que votre XMR a augmenté de 20%. Cela signifie également que vous pouvez acheter 20% de Bitcoin en plus en utilisant votre XMR. Si vous décidez de vendre votre XMR pour BTC, vous auriez 0,03 BTC, soit 20% de plus que lorsque vous avez commencé avec 0,025 Bitcoin. Et juste comme ça, vous avez augmenté le nombre de pièces que vous détenez !

C’est exactement la même chose si on investi tous les fonds dans le BTC entre 2016 et 2017, on peut estimer un retour sur investissement de 860%. Mais si on a investit ces fonds sur les 10 principaux AltCoins (en excluant les spécialistes des Exit Scam de type Bitconnect), on peut s’attendre à un retour de 1.947%, soit plus du double, avant même de les transformer en BTC pour les retirer. Ainsi, pour répondre à un ami qui me demandait s’il fallait récupérer l’investissement de départ et en conserver que les gains, la réponse est non, sauf besoin exceptionnel d’argent. Par un simple phénomène de pairing enter BTC et AltCoin, le retour sur investissement passif est positif (encore une fois, sous réserve de surveiller les AltCoins concernés).

Par conséquent, on garde à l’esprit qu’il est bon de prévoir un DCA sur le BTC, puis de réaliser un DCA sur des pairing BTC/AltCoins. Si en plus on rajoute un Staking de-ci de-là, la combinaison est (forcément) gagnante sur le long terme.

———- Mise en garde ———-

Négocier des cryptomonnaies comporte un niveau de risque élevé, et peut ne pas convenir à tous. Il est recommandé de pleinement s’informer des risques associés, et de n’investir que des sommes que vous pouvez vous permettre de perdre. Mes réflexions sont uniquement à vocation informative. Les contenus proposés ne constituent en aucune façon des recommandations et ne peuvent être assimilés à une incitation pour négocier des instruments financiers. Chaque article ne garantit ni les résultats, ni les performances des instruments financiers présentés. Par conséquent, je décline toute responsabilité dans l’utilisation qui peut être faite de ces informations et des conséquences qui peuvent en découler.

Tout investissement dans des cryptomonnaies présente un risque de perte en capital.

A propos de Didier Durand 121 Articles
Expert en Gestion internationale de Patrimoine et Solutions de Sécurité privée.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire